Système de repérage des politiques publique
Une première visite?
Consultez les rubriques En savoir plus et Lexique.
Débuter la recherche
Dernières politiques publiques ajoutées
  •  

    Le 29 septembre 2016, le gouvernement du Québec a rendu public un nouveau document d'orientations gouvernementales en matière d'aménagement du territoire intitulé Pour une meilleure gestion des risques dans les zones potentiellement exposées aux glissements de terrain dans les dépôts meubles.

     

    Ce document présente l’orientation, les objectifs et les attentes gouvernementales en aménagement du territoire visant la prise en compte des risques associés aux glissements de terrain dans les dépôts meubles. La mise en œuvre de l’orientation vise à assurer la sécurité des personnes et des biens par une meilleure gestion des risques dans les zones potentiellement exposées aux glissements de terrain dans les dépôts meubles.

     

    Il précise ce qui est attendu des municipalités régionales de comté (MRC), des villes et des agglomérations exerçant certaines compétences de MRC, ainsi que des communautés métropolitaines (CM) en regard de leurs documents de planification adoptés conformément à la Loi sur l’aménagement et l’urbanisme.

     

    Le document d’orientation s’adresse spécifiquement aux MRC et aux CM, dont le territoire a fait l’objet d’une cartographie gouvernementale des zones potentiellement exposées aux glissements de terrain dans les dépôts meubles.

     

     

  • Stratégie d'action jeunesse 2016-2021   (Ajout : 20 décembre 2016)

     

    Dévoilée le 12 décembre 2016, la Stratégie d’action jeunesse 2016-2021 est le premier de trois plans d’action quinquennaux successifs qui découlent directement de la Politique québécoise de la jeunesse 2030.

     

    La Stratégie présente des actions gouvernementales consacrées à la jeunesse, par l'entremise du Secrétariat à la jeunesse ou d'autres ministères et organismes. Elle ne vise toutefois pas à englober l'ensemble des services gouvernementaux offerts aux jeunes. Un grand nombre de programmes, de mesures et de services gouvernementaux ou municipaux offerts à la population répondent, entre autres, aux besoins des jeunes. 

     

    La Stratégie propose donc des mesures et des services complémentaires aux services offerts par les ministères et organismes. Plus particulièrement, elle met en place des actions conformes aux cinq axes d'intervention ciblés dans la Politique de la jeunesse :  

     

    1.      La santé : de saines habitudes de vie dans un environnement sécuritaire;

    2.      L’éducation : un environnement scolaire favorisant la persévérance et la réussite éducative;

    3.      La citoyenneté : une jeunesse engagée en faveur de la culture, de la communauté et de la société;

    4.      L’emploi : des jeunes prêts pour le travail, une économie prête à les accueillir;

    5.      L’entrepreneuriat : un soutien à l’entrepreneuriat et à la relève.  

    La Stratégie d’action jeunesse 2016-2021 prévoit plus de 90 mesures, certaines peuvent être considérées comme des mesures phares :

     

     - Des projets structurants ayant un impact global : 

     

    • Des stratégies locales pour la jeunesse et des comités consultatifs locaux;
    • Une chaire de recherche sur la jeunesse du Québec;
    • Le programme Créneau carrefour jeunesse;
    • Le programme Mobilité Jeunesse, grâce à la refonte des Offices jeunesse internationaux du Québec et la création du programme Québec volontaire;
    • Des stratégies d’action consacrées aux jeunes Autochtones.  


    - Des mesures dans des domaines particuliers :

     

    • Des places réservées aux jeunes aux conseils d’administration des sociétés d’État;
    • L’objectif d’atteindre une représentation de 10 % de jeunes lors des missions commerciales du Québec.   

     

    - Des actions pour faire connaître les réalisations des jeunes et mieux les rejoindre :

     

    • Une stratégie de communication nationale consacrée aux jeunes utilisant les médias numériques;
    • Les prix Reconnaissance jeunesse du premier ministre;
    • Les rencontres Perspectives jeunesse, un outil de consultation spécifique à la jeunesse.


  •  

    Présentée le 12 décembre 2016, la Stratégie partenariale de promotion et de valorisation de la langue française 2016-2021 – Le français, notre affaire! s’inscrit en continuité avec la Stratégie commune d’intervention pour le Grand Montréal, mise en œuvre de 2008 à 2016. Les comités assurant la gouvernance de la nouvelle Stratégie ont été recomposés de manière à permettre aux représentants des secteurs concernés d’être plus directement en contact avec les projets et les actions qui se déroulent sur le terrain.

     

    La Stratégie partenariale de promotion et de valorisation de la langue française 2016-2021 mise davantage sur la promotion et la valorisation de la langue française comme élément de fierté des Québécois de toute origine. De plus, son champ d’action est élargi à l’ensemble du Québec, tout en conservant la RMR de Montréal comme principale zone d’intervention.

     

    Pour que le français soit considéré comme langue d’usage et d’intégration sociale dans les différentes sphères de la vie publique, la Stratégie s’articule autour de quatre axes :

     

    • Le français, une langue valorisée, utile et vivante;

    • La vitalité et la qualité du français au Québec : une responsabilité individuelle et collective;

    • Des partenaires efficaces, multiples et mobilisateurs;

    • Une gouvernance représentative, engagée et responsable.

     

    Ses principaux objectifs :

     

    • Offrir un soutien financier à des projets de sensibilisation au français ainsi qu’à des projets de valorisation et de promotion du français;

    • Jouer un rôle dans la francisation des personnes immigrantes;

    • Favoriser la cohérence des actions gouvernementales en matière de langue;

    • Faire de la francisation un enjeu commun aux domaines privé et public.

  •  

    Le 5 décembre 2016, le gouvernement du Québec a dévoilé la Stratégie gouvernementale en action bénévole 2016-2022 - L'action bénévole : un geste libre et engagé.

     

    La Stratégie vise la consolidation et la reconnaissance de l’action bénévole. Elle permettra de favoriser des initiatives visant à promouvoir le bénévolat et à assurer la rétention des bénévoles actuels ainsi que le recrutement de nouveaux bénévoles.

     

    Les actions prévues dans la Stratégie permettront notamment d'accroître les compétences des gestionnaires de bénévoles et des administrateurs ainsi que d'innover en matière de recrutement de bénévoles. Elles visent également à promouvoir davantage la reconnaissance de l'action bénévole et à susciter une vision intégrée et mobilisatrice de cette action.

     

    Le Comité interministériel de l’action communautaire sera responsable du suivi de la mise en oeuvre du déploiement de la Stratégie gouvernementale et conviendra de mécanismes d’évaluation adéquats.

     

  •  

    Le 24 avril 2015, le gouvernement du Québec a dévoilé le Plan d'action sur le livre – Le livre, au cœur de notre culture. Ce plan d’action découle d'une vaste démarche de consultations effectuées auprès du milieu québécois du livre. Il prend appui sur le principe que la réussite et la vitalité des librairies agréées constituent une responsabilité partagée entre le gouvernement et l'ensemble des acteurs de la chaîne du livre.

     

    Le Plan d'action contient des mesures pour appuyer non seulement les libraires, mais les auteurs, les éditeurs et les bibliothèques publiques qui s'investissent au quotidien pour faire vivre la culture par le livre. Il propose également plusieurs mesures visant particulièrement à doter les librairies d'outils, de stratégies et de moyens afin qu'elles puissent se réinventer, unir leurs forces et aller au-devant des attentes nouvelles de leurs clients. 

     

    Les 12 mesures du plan d’action s’ordonnent selon 2 axes principaux :

     

    • Axe 1 — Favoriser l'accès au livre et mettre en valeur l'édition québécoise.

    • Axe 2 — Optimiser la performance des librairies agréées au Québec.

  •  

    Le 28 octobre 2016, le gouvernement du Québec a rendu publique la Stratégie gouvernementale pour prévenir et contrer les violences sexuelles 2016-2021 – Les violences sexuelles, c’est non. La Stratégie cible deux problématiques : les agressions sexuelles et l'exploitation sexuelle.

     

    Les 55 actions gouvernementales présentées s'ajoutent aux mesures déjà existantes et les complètent. Ces actions sont le fruit de vastes consultations menées auprès de la société civile et de travaux auxquels ont participé plusieurs ministères et organismes gouvernementaux.

     

    La Stratégie se décline en trois axes interdépendants et complémentaires :

     

    • Prévenir;

    • Intervenir en matière psychosociale, médicale, judiciaire, policière et correctionnelle;

    • Développer les connaissances et partager l'expertise pour mieux agir.

     

    Les actions présentées dans chacun des axes de la Stratégie visent à :

     

    • informer et à sensibiliser la population afin de contrer la banalisation des violences sexuelles;

    • soutenir la mobilisation des milieux de vie dans leurs efforts de prévention et de dépistage;

    • faciliter le passage des victimes dans le système judiciaire;

    • renforcer les mesures de lutte contre la criminalité associée à l'exploitation sexuelle;

    • améliorer les pratiques d'intervention par la formation et l'élaboration d'outils;

    • soutenir le développement de connaissances et le partage d'information et d'expertise.

     

    Les actions de la Stratégie seront mises en œuvre au bénéfice de l'ensemble de la population du Québec. Elles prennent en considération le fait que les femmes et les enfants demeurent les principales victimes des violences sexuelles et que certains groupes de la population vivent des réalités qui les rendent plus vulnérables à ces violences. On peut penser, par exemple, aux personnes handicapées, aux personnes réfugiées, immigrantes ou issues des minorités ethnoculturelles, aux personnes aînées, aux personnes prostituées, ainsi qu'aux lesbiennes, aux gais et aux personnes bisexuelles et trans (LGBT).

     


  • Le 24 octobre 2016, le gouvernement du Québec a présenté la Stratégie québécoise de l’exportation 2016-2020 – Oser exporter – Moderniser notre économie. Cette stratégie a pour but d’amener les acteurs économiques québécois à relever les défis de plus en plus exigeants sur les marchés d'exportation en proposant une vision cohérente de l’action gouvernementale et en mettant à la disposition des entreprises des moyens qui leur permettront de se développer grâce aux marchés extérieurs.


    La Stratégie comporte trois volets :


    - Le premier volet illustre l’action gouvernementale en cours afin d’appuyer la compétitivité, notamment celle des grandes entreprises du Québec, pour maximiser les retombées sur la conquête des marchés extérieurs. Il consolide la vision gouvernementale en mettant en lumière les grandes politiques et stratégies sectorielles en cours afin d’appuyer les secteurs en favorisant leur compétitivité et leur développement, soit :


    • la Stratégie québécoise de l’aérospatiale 2016-2026;
    • la Stratégie québécoise de développement de l’aluminium 2015-2025;
    • la Vision stratégique du développement minier au Québec et le Plan Nord;
    • le Plan pour l’industrie forestière;
    • le Plan de développement de l’industrie touristique 2012-2020 et son Plan d’action 2016-2020;
    • la Politique énergétique 2030.


    - Le deuxième volet constitue une réponse aux besoins des PME exprimés dans le cadre des consultations préalables afin d’aider ces dernières à relever les défis actuels. Le gouvernement met à la disposition des PME québécoises 21 mesures afin de soutenir leurs ambitions sur les marchés extérieurs, en renforçant leur capacité d’exportation et en facilitant la mise en œuvre de leurs projets de commercialisation internationale.

     

    - Le troisième volet vise à donner une impulsion vers les marchés sectoriels en dévoilant une série de plans d’action permettant d’assurer l’arrimage entre l’offre québécoise de secteurs stratégiques et les occasions d’affaires mondiales.

     


  •  

    Avec la Politique gouvernementale de prévention en santé – Un projet d’envergure pour améliorer la santé et la qualité de vie de la population, lancée le 23 octobre 2016, le gouvernement du Québec se dote d’un cadre intersectoriel structurant pour agir sur les facteurs qui ont un impact déterminant sur la santé. La Politique vise l’ensemble des Québécois et, lorsque nécessaire, cible avec plus d’intensité les populations vulnérables dans le but de réduire les inégalités sociales de santé.

     

    En lien avec cette vision d’un Québec en santé, le gouvernement se donne 9 cibles à atteindre d’ici 2025 afin de suivre les progrès réalisés sur le plan de la qualité de vie et de la santé physique et mentale de la population. Ces cibles ambitieuses donneront une impulsion à la mobilisation des acteurs de tous les paliers d’intervention.

     

    La Politique traduit l’engagement de plusieurs ministères et organismes, provenant de divers secteurs d’activité, à favoriser davantage la santé et prévenir des problèmes évitables par la complémentarité, la synchronisation et la cohérence de leurs interventions. Elle comprend 28 mesures, de même que 5 chantiers, qui touchent les dimensions individuelles et environnementales qui font qu’une population est en bonne santé : habitudes de vie; scolarité; aménagement du territoire; logement; revenu; conditions de travail, milieux de vie, organisation du système de santé et de services sociaux, etc.

     

    La Politique s’articule autour de 4 grandes orientations afin de marquer des progrès en matière de problèmes de santé évitables prioritaires, comme : les problèmes d’adaptation sociale et de santé mentale, les maladies chroniques et les incapacités, certaines maladies infectieuses et les blessures.

     

    Les orientations correspondent aux grandes catégories de facteurs qui déterminent la santé et pour lesquelles des leviers qui permettent d’agir en amont des problèmes se situent dans différents secteurs :


    • Le développement des capacités des personnes dès leur plus jeune âge;
    • L’aménagement de communautés et de territoires sains et sécuritaires;
    • L’amélioration des conditions de vie qui favorisent la santé;
    • Le renforcement des actions de prévention dans le système de santé et de services sociaux.

     

    De cette Politique découlera un plan d’action interministériel qui soutiendra sa mise en œuvre par des actions concrètes à déterminer par les principaux partenaires concernés.

     

  •  

    En octobre 2015, le gouvernement du Québec présente le document Faire du tourisme une industrie performante, innovante et axée sur le développement économique qui fait état des orientations retenues dans le cadre du chantier de la révision du modèle d’affaires et de gouvernance du tourisme au Québec. Le chantier découle des divers constats, largement corroborés et repris par l’industrie touristique, après les deux premières années de mise en application du Plan de développement de l’industrie touristique 2012-2020. Ce document est le résultat d’une vaste consultation, amorcée en 2014, auprès des principaux intervenants touristiques et de l’examen de ce qui a cours ailleurs au Canada et à l’étranger.

     

    Le modèle d’affaires met de l’avant de nouvelles priorités d’action qui visent à assurer le développement du produit.

     

    Les orientations pour la révision du modèle d’affaires :

     

    • Orientation 1 : Planifier et mettre en oeuvre le développement de l’offre autour de six stratégies sectorielles :


    • Stratégie du Plan Nord – volet touristique;

    • Stratégie maritime – volet touristique;

    • Stratégie de mise en valeur du tourisme hivernal;

    • Stratégie de mise en valeur du tourisme culturel;

    • Stratégie de mise en valeur du tourisme de nature et d’aventure;

    • Stratégie de mise en valeur du tourisme d’affaires et de congrès.


    •  Orientation 2 : Actualiser la Loi et le Règlement sur les établissements d’hébergement touristique, notamment : 


    • Revoir les responsabilités du ou de la ministre du Tourisme;

    • Ajuster le cadre réglementaire en matière de sanctions;

    • Définir certaines notions;

    • Tenir compte des nouvelles tendances en matière d’hébergement (plateformes Web, économie collaborative). 


    • Orientation 3 : Créer un fonds d’investissement touristique/capital de risque pour les projets touristiques majeurs; 


    • Orientation 4 : Intensifier et bonifier l’accompagnement des entreprises; 


    • Orientation 5 : Accroître le développement et la diffusion de la connaissance stratégique en tourisme; 


    • Orientation 6 : Fédérer les énergies du ministère du Tourisme et celles de l’industrie autour d’un plan commun de promotion et de mise en marché de la destination; 


    • Orientation 7 : Élaborer une vision et une stratégie d’ensemble en matière d’accueil, notamment pour décloisonner l’information entre les territoires et prendre le virage de la mobilité et du numérique.


     

    Le modèle de gouvernance entend relever le défi de la cohésion et de la synergie des actions en misant sur un nombre réduit de partenariats d’affaires « ministère-intervenants » qui repose sur une redéfinition des rôles et des responsabilités assujettis à des mandats précis et des contrats de performance ou de collaboration.

     

    Les orientations pour la révision du modèle de gouvernance :

     

    • Orientation 8 : Mettre en place une entité chargée de coordonner la mise en marché touristique hors Québec;

     

    • Orientation 9 : Confier des mandats et des responsabilités aux portes d’entrée touristiques que sont Montréal, Québec et l’Outaouais, dont : 


    • La promotion hors Québec de la destination;

    • L’accueil touristique de la destination;

    • Le développement du tourisme d’affaire et de congrès;

    • L’appui aux aéroports internationaux. 


    • Orientation 10 : Clarifier les responsabilités des principaux intervenants et revoir les relations d’affaires entre le ministère du Tourisme et les associations touristiques

     

  •  

    Le gouvernement du Québec déploie, depuis plusieurs années, des efforts importants pour contrer le fardeau réglementaire et administratif des entreprises. Afin de poursuivre son action et d’obtenir un appui dans ses efforts, le gouvernement a créé le Comité-conseil sur l’allègement réglementaire et administratif qui a amorcé ses travaux à l’automne 2014.

     

    Lancé le 19 septembre 2016, le Plan d’action gouvernemental 2016-2018 en matière d’allègement réglementaire et administratif – Bâtir l’environnement d’affaires de demain est le résultat des travaux du Comité-conseil, tout particulièrement de la consultation réalisée en 2015 auprès d’une cinquantaine d’organismes du milieu des affaires.

     

    L’objectif de ce plan d’action est de mettre en place un contexte favorable à la croissance des entreprises afin de leur permettre d’affronter les défis actuels et futurs. Pour ce faire, 5 grandes mesures générales, 7 chantiers de modernisation réglementaire comportant 25 mesures, ainsi que 8 recommandations en matière de coopération réglementaire seront mis en œuvre d’ici la fin de 2018.

     

    Les ministères et organismes concernés et porteurs des mesures sont les premiers responsables de la mise en œuvre du plan d’action. Par ailleurs, le ministère de l’Économie, de la Science et de l’Innovation est chargé de coordonner la mise en œuvre   de ces mesures.

     

    Le Comité-conseil sur l’allègement réglementaire et administratif assurera le suivi de la mise en œuvre des mesures du plan d’action. Il devra faire rapport au Conseil des ministres des réalisations à cet égard.

     

Cadre gauche Cadre bas Cadre droite