Système de repérage des politiques publique
Une première visite?
Consultez les rubriques En savoir plus et Lexique.
Débuter la recherche
Dernières politiques publiques ajoutées
  •  

    En 2008, le Plan gouvernemental en cas de pandémie d'influenza, préparé en concertation avec les ministères et organismes de l’Organisation de sécurité civile du Québec (OSCQ) les plus directement concernés, représente la réponse du gouvernement québécois au risque spécifique de pandémie, en complément au Plan national de sécurité civile.

    Le but du plan gouvernemental consiste à établir les assises qui guideront l'OSCQ dans la gestion des conséquences relatives à une pandémie d'influenza, sur la base de trois règles strictes de gouvernance : la protection face au risque, la solidarité et la responsabilité.

    Bien que destinés au risque lié au virus de l’influenza, les stratégies et les concepts proposés dans le Plan gouvernemental pourront également servir à l’OSCQ, sous réserve de quelques ajustements, pour tout type de pandémie ou d’épidémie qui toucherait la population québécoise. Dans tous les cas, ils sont le gage d’une avancée de la préparation du Québec à faire face à des situations de sinistres majeurs.

     


  • Le 1er mars 2018, le gouvernement du Québec a dévoilé le Plan d’action en matière de sécurité civile relatif aux inondations : vers une société québécoise plus résiliente aux catastrophes. 

     

    Ce plan d'action prend en considération les pistes de solution mises de l’avant lors de la journée d’échanges Inondations du printemps 2017 – Bilan et perspectives, tenue le 19 décembre 2017. La journée d’échanges avec les différents acteurs concernés par les inondations de 2017 avait pour objectif de dresser le bilan des événements et de porter un regard sur des pistes d’amélioration pour l’avenir.

    Le Plan d’action comporte 24 mesures regroupées sous trois thèmes principaux :

    • Pour un niveau accru de la mobilisation : un accroissement de la préparation, de la prévention et de la connaissance;
    • Pour un accompagnement personnalisé : une nouvelle approche de la gestion du rétablissement;
    • Pour faire face aux défis actuels et futurs : une évolution des pratiques


  •  

    La Stratégie nationale de concertation en justice et santé mentale - Agir ensemble pour une justice adaptée aux enjeux de santé mentale a pour objectifs d'instaurer une véritable culture de concertation entre les intervenants visés ainsi que de mieux organiser l'adaptation du système de justice aux besoins des personnes présentant une incapacité significative sur les plans cognitif ou mental.

     

    De plus, la Stratégie vise à consolider les différentes actions gouvernementales déjà en place, en plus d'accélérer le déploiement de nouveaux programmes destinés aux clientèles à risque sur l'ensemble du territoire québécois.

     

  •  

    Le 29 janvier 2020, le gouvernement du Québec a rendu public le Plan d'action 2018-2023 pour la réussite de la Politique bioalimentaire.

     

    Ce plan d’action marque une étape charnière dans la mise en œuvre de la Politique bioalimentaire 2018-2025 -- Alimenter notre monde. Il présente une synthèse des mesures et des actions prévues par les partenaires bioalimentaires et gouvernementaux en vue d'atteindre les cibles fixées pour 2025. Ces mesures et actions ont reçu l'adhésion des partenaires lors de la première rencontre annuelle des partenaires, le 31 mai 2019.

     

    Le Plan d’action couvre une période de cinq ans. Il est ajusté annuellement en fonction de l’évolution de la mise en œuvre, à l’occasion de la rencontre annuelle des partenaires de la Politique bioalimentaire.

     

  •  

    Le 11 janvier 2017, le gouvernement du Québec a publié un document d’orientation en matière d’aménagement du territoire intitulé Pour assurer une cohabitation harmonieuse de l’activité minière avec les autres utilisations du territoire.

     

    Le document d’orientation présente les objectifs et les attentes gouvernementales en matière d’aménagement du territoire eu égard à la cohabitation harmonieuse de l’activité minière avec les autres utilisations du territoire. Cette orientation balise l’exercice du pouvoir accordé aux municipalités régionales de comté (MRC) de même qu’aux villes et aux agglomérations exerçant certaines compétences de MRC, de délimiter, dans leur schéma d’aménagement et de développement, des territoires incompatibles avec l’activité minière.

     

  •  

    Le Plan d’action en adoption internationale 2019-2024 - Bâtir le futur ensemble vise à améliorer les services offerts aux personnes adoptées ainsi qu’à leur famille et constitue un projet mobilisateur au sein duquel chaque acteur exerce un rôle important axé sur la réussite de chaque adoption.

     

    Ce plan d’action découle des réflexions entreprises au cours des dernières années par l’ensemble des acteurs du milieu de l’adoption internationale. Il repose sur une compréhension commune du contexte actuel, des enjeux perçus de même que sur les objectifs à atteindre pour relever les défis propres à chacun. Pour ce faire, il s’articule autour des quatre axes d’intervention suivants :  

    • Portrait des personnes adoptées : mieux connaître la situation des personnes adoptées, par l’obtention d’un meilleur portrait des personnes adoptées et de leur évolution;
    • Accompagnement des adoptants : mieux accompagner les adoptants et soutenir les personnes adoptées, par un soutien avant, pendant et après l’adoption;
    • Expertise professionnelle : améliorer et maintenir l’expertise professionnelle, par l’adaptation des pratiques professionnelles à la nouvelle réalité de l’adoption internationale;
    • Communication et concertation : mieux se concerter, par l’amélioration des modes de communication et de collaboration de tous les acteurs.

  •  

    Le 22 octobre 2019, le gouvernement du Québec a présenté la première Politique de consultation des communautés autochtones propre au secteur minier qui vise à permettre la mise en valeur des ressources minérales dans le respect des préoccupations des communautés autochtones.

     

    La Politique a pour objectifs de :

     

    • favoriser une meilleure prise en compte des préoccupations exprimées par les communautés autochtones à l’égard des activités minières;

    • préciser les lignes directrices propres au secteur minier dans le cadre du processus de consultation des communautés autochtones afin d’orienter les parties concernées quant aux actions à entreprendre à chaque étape d’un projet minier;

    • renforcer les relations et promouvoir le dialogue entre le Québec, les communautés autochtones et les promoteurs dans le cadre de la mise en valeur des ressources minérales du territoire québécois;

    • privilégier une meilleure coordination de l’action gouvernementale en matière de consultation des communautés autochtones propre au secteur minier.

     

    Au-delà de l’obligation de consulter, la Politique traduit la volonté du gouvernement du Québec d’associer les communautés autochtones à toutes les étapes de développement des projets afin d’améliorer l’intégration de leurs préoccupations. Il s’agit là d’un principe à respecter par les ministères concernés, mais aussi par les promoteurs miniers.

     

  • Plan d'action pour la main-d’œuvre   (Ajout : 24 septembre 2019)

     

    L’évolution récente du marché du travail et les perspectives économiques amènent le gouvernement du Québec à présenter, le 23 septembre 2019, des mesures d’aide et d’accompagnement aux citoyennes et citoyens ainsi qu’aux entreprises. Le Plan d'action pour la main-d’œuvre (PAMO) agit sur quatre fronts :

     

    • Intégrer le plus grand nombre de personnes au marché du travail;

    • Adapter la main-d’œuvre actuelle;

    • Préparer la main-d’œuvre future;

    • Accroître la productivité des entreprises. 

     

    Ce plan d’action contient déjà de nombreuses mesures annoncées à ce jour. Les partenaires du marché du travail sont consultés régulièrement et des mesures sont développées pour enrichir ce plan évolutif, au fil des actions qui seront déployées au sein des trois grandes initiatives :  

     

    • Grande corvée 2.0;

    • Chantier des compétences;

    • Objectif productivité.

     

  •  

    Les boissons sucrées constituent la principale source de sucres ajoutés dans l’alimentation des Québécoises et Québécois. Près d’un jeune sur trois consomme des boissons sucrées chaque jour. Leur consommation excessive est associée au diabète, aux maladies cardiovasculaires ainsi qu’à la carie dentaire, et contribue également à l’augmentation du taux d’obésité dans la population.

     

    Le Plan d’action pour réduire la consommation de boissons sucrées et promouvoir l'eau vise notamment à créer des environnements favorables à la réduction de la consommation de boissons sucrées et à l’augmentation de la consommation d’eau, en prévoyant des actions dans différents milieux de vie et auprès de diverses clientèles.

     

  •  

    Le Plan d’action national visant la prévention des risques en milieu de travail et la promotion de la santé globale 2019-2023 vise à implanter, dans les établissements du réseau de la santé et des services sociaux, une culture d’organisation innovante et efficiente dans un contexte de changement.

     

    Ce plan d’action vise aussi à améliorer les pratiques de gestion, l’environnement de travail et la qualité de vie au travail du personnel des établissements de santé et de services sociaux, et par le fait même, à assurer la présence du personnel au travail par une réduction du ratio d’heures d’assurance salaire et du ratio d’heures en Commission des normes, de l'équité, de la santé et de la sécurité du travail. Il s’adresse à toute personne œuvrant au sein du réseau de la santé et des services sociaux, qu’elle soit employée, cadre, hors cadre, médecin ou bénévole.



Cadre gauche Cadre bas Cadre droite