Système de repérage des politiques publique
Une première visite?
Consultez les rubriques En savoir plus et Lexique.
Débuter la recherche
Dernières politiques publiques ajoutées
  • Dévoilée le 3 juillet 2020, la Stratégie de valorisation de la matière organique repose sur une approche progressive et sur une responsabilisation partagée des intervenants. Elle vise à :

    • Favoriser le changement grâce à de forts incitatifs économiques;
    • Accélérer l’instauration des services de collecte et des infrastructures de traitement de la matière organique adaptés au contexte régional;
    • Maintenir et accroître la qualité de la matière;
    • Soutenir le développement de marchés profitables pour l’environnement et créateurs de richesse, et favoriser des innovations technologiques prometteuses;
    • Renforcer les efforts d’information, de sensibilisation et d’éducation de la population.

    Les matières organiques sont constituées des résidus alimentaires et verts, qui comprennent les résidus des activités de jardinage ainsi que les feuilles et les branches, de papier et carton, de bois ainsi que des boues issues du traitement des eaux usées, des eaux de production et des activités de désencrage des usines de pâtes et papiers. 

  • Lancée en 2016, la Stratégie de soutien de l'agriculture urbaine - Pour une agriculture proche des citoyens vise à : 

    • Mettre en place un terreau fertile au développement de l’agriculture urbaine;
    • Améliorer les connaissances en matière d’agriculture urbaine et leur transfert;
    • Appuyer la mise en place d’initiatives structurantes en matière d’agriculture urbaine.  

    La Stratégie a été élaborée en tenant compte de certains enjeux dont le développement durable, la croissance de l’économie locale, le rapprochement entre les acteurs du secteur bioalimentaire et les consommateurs, la sécurité alimentaire et l’adoption de bonnes pratiques agroenvironnementales.  

  •  

    Lancée le 29 mai 2020, la Stratégie pour un Québec sans tabac 2020-2025 a pour objectif général de réduire la mortalité, la morbidité, les coûts de santé et les inégalités sociales de santé associés au tabagisme. Elle donne un nouvel élan à la lutte contre le tabagisme en tenant compte des nouvelles réalités, notamment l’arrivée et la diversification des produits de vapotage offerts sur le marché ainsi que l’engouement des jeunes pour ces produits. 

    La Stratégie comprend un ensemble de mesures qui visent l’atteinte de la cible de 10 % de fumeurs quotidiens et occasionnels au Québec d’ici 2025. Ces mesures s’articulent autour de quatre axes d’intervention : 

    • La dénormalisation du tabagisme;
    • La prévention de l’usage des produits du tabac et de vapotage chez les jeunes;
    • L’abandon du tabagisme et la protection contre l’exposition à la fumée secondaire et tertiaire des produits du tabac. 

    Toutes les mesures seront mises en œuvre pour le bien de l’ensemble de la population du Québec, y compris les membres des communautés des Premières Nations et Inuits. Néanmoins, afin de tenir compte des réalités et des milieux de ces communautés, des mesures particulières ont été élaborées par un groupe de consultation réunissant des représentants de diverses communautés autochtones, d’organismes œuvrant au sein de ces communautés ainsi que des représentants du ministère de la Santé et des Services sociaux. Les mesures élaborées dans le cadre des travaux du groupe de consultation sont inscrites dans le Plan d’action gouvernemental pour le développement social et culturel des Premières Nations et des Inuits 2017-2022.

     

  •  

    En mars 2020, le gouvernement du Québec a déployé sa première  Politique gouvernementale de cybersécurité. Cette politique  vise à instituer une Administration gouvernementale résiliente et cyberprotégée qui offre des services numériques centrés sur la personne.

    La mise en œuvre de la Politique se traduira par des mesures clés assorties de plans d’action adaptés aux enjeux et aux possibilités en matière de cybersécurité.

    La Politique s’applique à l’ensemble des organismes publics assujettis à la Loi sur la gouvernance et la gestion des ressources informationnelles des organismes publics et des entreprises du gouvernement (L.R.Q., c. G-1.03). Elle concerne les relations de ces organisations avec les usagers des services publics et avec leurs partenaires.

     


  •  

    Le Québec a connu de nombreuses inondations au cours des dernières décennies et les coûts socioéconomiques qui leur sont associés n’ont cessé d’augmenter. Les inondations majeures survenues en 2017 et en 2019 en sont de bons exemples. 

    Aussi, les changements climatiques qui prennent de l’ampleur partout sur la planète entraînent des phénomènes climatiques plus intenses, plus nombreux et présentant une plus grande variabilité.

    En réponse à ce contexte, le gouvernement du Québec a dévoilé, le 3 avril 2020, le Plan de protection du territoire face aux inondations : des solutions durables pour mieux protéger nos milieux de vie. 

    Le Plan contient 23 mesures qui se déclinent selon quatre axes d’intervention :  

    • Cartographier, c’est-à-dire élaborer et diffuser une cartographie selon une méthodologie rigoureuse axée sur la gestion des risques, qui soutient la prise de décision en aménagement du territoire et en prévention des sinistres.  
    • Régir et encadrer, afin de moderniser les cadres légaux et réglementaires relatifs aux inondations en fonction des connaissances acquises au fil des ans et des réalités qu’imposent les changements climatiques et les caractéristiques de notre territoire. 
    • Planifier et intervenir, pour améliorer la cohérence des interventions à l’échelle des bassins versants et favoriser la résilience des communautés.  
    • Connaître et communiquer, afin que collectivement, selon nos besoins, nous puissions accéder à une information précise et à jour pour appuyer nos décisions. 

    Le gouvernement du Québec veillera au suivi de la mise en œuvre du Plan. 

    Un comité directeur assumera la gouvernance du Plan. Il aura principalement comme responsabilité de s’assurer de l’avancement des travaux prévus au Plan ainsi que de veiller à la mise en œuvre des mesures. Celui-ci sera formé de sous-ministres adjoints du ministère des Affaires municipales et Habitation, du ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, du ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles et du ministère de la Sécurité publique. D’autres ministères pourront s’y ajouter en fonction de leurs responsabilités. 

    Un comité consultatif fournira une expertise technique et scientifique pour soutenir la prise de décision en aménagement du territoire dans les zones exposées aux inondations. Ce comité sera composé des membres des comités consultatifs scientifique et municipal ayant participé aux travaux menant à l’élaboration de ce Plan ainsi que des représentants des bureaux de projets.

  •  

    En 2008, le Plan gouvernemental en cas de pandémie d'influenza, préparé en concertation avec les ministères et organismes de l’Organisation de sécurité civile du Québec (OSCQ) les plus directement concernés, représente la réponse du gouvernement québécois au risque spécifique de pandémie, en complément au Plan national de sécurité civile.

    Le but du plan gouvernemental consiste à établir les assises qui guideront l'OSCQ dans la gestion des conséquences relatives à une pandémie d'influenza, sur la base de trois règles strictes de gouvernance : la protection face au risque, la solidarité et la responsabilité.

    Bien que destinés au risque lié au virus de l’influenza, les stratégies et les concepts proposés dans le Plan gouvernemental pourront également servir à l’OSCQ, sous réserve de quelques ajustements, pour tout type de pandémie ou d’épidémie qui toucherait la population québécoise. Dans tous les cas, ils sont le gage d’une avancée de la préparation du Québec à faire face à des situations de sinistres majeurs.

     


  • Le 1er mars 2018, le gouvernement du Québec a dévoilé le Plan d’action en matière de sécurité civile relatif aux inondations : vers une société québécoise plus résiliente aux catastrophes. 

     

    Ce plan d'action prend en considération les pistes de solution mises de l’avant lors de la journée d’échanges Inondations du printemps 2017 – Bilan et perspectives, tenue le 19 décembre 2017. La journée d’échanges avec les différents acteurs concernés par les inondations de 2017 avait pour objectif de dresser le bilan des événements et de porter un regard sur des pistes d’amélioration pour l’avenir.

    Le Plan d’action comporte 24 mesures regroupées sous trois thèmes principaux :

    • Pour un niveau accru de la mobilisation : un accroissement de la préparation, de la prévention et de la connaissance;
    • Pour un accompagnement personnalisé : une nouvelle approche de la gestion du rétablissement;
    • Pour faire face aux défis actuels et futurs : une évolution des pratiques


  •  

    La Stratégie nationale de concertation en justice et santé mentale - Agir ensemble pour une justice adaptée aux enjeux de santé mentale a pour objectifs d'instaurer une véritable culture de concertation entre les intervenants visés ainsi que de mieux organiser l'adaptation du système de justice aux besoins des personnes présentant une incapacité significative sur les plans cognitif ou mental.

     

    De plus, la Stratégie vise à consolider les différentes actions gouvernementales déjà en place, en plus d'accélérer le déploiement de nouveaux programmes destinés aux clientèles à risque sur l'ensemble du territoire québécois.

     

  •  

    Le 29 janvier 2020, le gouvernement du Québec a rendu public le Plan d'action 2018-2023 pour la réussite de la Politique bioalimentaire.

     

    Ce plan d’action marque une étape charnière dans la mise en œuvre de la Politique bioalimentaire 2018-2025 -- Alimenter notre monde. Il présente une synthèse des mesures et des actions prévues par les partenaires bioalimentaires et gouvernementaux en vue d'atteindre les cibles fixées pour 2025. Ces mesures et actions ont reçu l'adhésion des partenaires lors de la première rencontre annuelle des partenaires, le 31 mai 2019.

     

    Le Plan d’action couvre une période de cinq ans. Il est ajusté annuellement en fonction de l’évolution de la mise en œuvre, à l’occasion de la rencontre annuelle des partenaires de la Politique bioalimentaire.

     

  •  

    Le 11 janvier 2017, le gouvernement du Québec a publié un document d’orientation en matière d’aménagement du territoire intitulé Pour assurer une cohabitation harmonieuse de l’activité minière avec les autres utilisations du territoire.

     

    Le document d’orientation présente les objectifs et les attentes gouvernementales en matière d’aménagement du territoire eu égard à la cohabitation harmonieuse de l’activité minière avec les autres utilisations du territoire. Cette orientation balise l’exercice du pouvoir accordé aux municipalités régionales de comté (MRC) de même qu’aux villes et aux agglomérations exerçant certaines compétences de MRC, de délimiter, dans leur schéma d’aménagement et de développement, des territoires incompatibles avec l’activité minière.

     

Cadre gauche Cadre bas Cadre droite