Accueil
Pour nous joindre
Bulletin Prospective
Vol. 17 - N° 1 - Juin 2015
Secrétariat aux priorités et aux projets stratégiques
418 644-7600, poste 1659
prospective@mce.gouv.qc.ca
Prospective du développement en milieu nordique québécois et détermination de cibles de veille stratégique

 

Richard Leclerc, ministère des Affaires municipales et de l’Occupation du territoire; président de la CAR1 du Nord-du-Québec

 

Le Nord québécois s’est développé essentiellement grâce aux ressources naturelles qui se trouvent sur son territoire. À partir du XVIIsiècle, la pêche et la trappe attirent les Européens, qui tirent profit des ressources animales de cette région, notamment par l’entremisedes comptoirs de la Compagnie de la Baie d’Hudson.

 

Au début du XXsiècle, les ressources forestières et minérales suscitent de l’intérêt, en raison de l’industrialisation des nations occidentales qui génèrent une demande pour ces substances. Après la Seconde Guerre mondiale, il y a une forte sollicitation pour des biens de consommation aux États-Unis et ailleurs, ainsi qu’un épuisement des approvisionnements des matières premières localisées à proximité des zones habitées du Sud. Ces deux phénomènes favorisent l’établissement de municipalités au-delà du 49e parallèle. Ainsi sont nées, dans les années 1950, les villes de Chibougamau, Chapais et Schefferville.

 

Au XXIsiècle, le développement nordique du Québec est toujours d’actualité. L’essor des économies émergentes que sont le Brésil, l’Inde et la Chine constitue, malgré les soubresauts économiques qui peuvent momentanément ralentir la croissance, une tendance qui aura un impact sur le développement du Nord québécois. Plusieurs ressources minérales industrielles sont en forte demande avec l’avènementdes technologies de l’information, ainsi que des véhicules hybrides et électriques qui nécessitent des substances dérivées des terres rares, présentes sur ce territoire.

 

Tendances d’ici 2050

 

L’industrie minière est de nature cyclique, en raison de la forte croissance démographique que connaissent certaines nations en émergence et par le fait même leurs industries manufacturières. Malgré cela, la demande des ressources minières du Nord canadien est appelée à progresser de 91 %, entre 2011 et 20202. En 2050, les cinq premières nations du monde, selon le produit national brut, seront la Chine, l’Inde, les États-Unis, le Brésil et le Japon, toutes de grandes consommatrices de minéraux3. Les espaces aujourd’hui difficilement accessibles en raison des coûts financiers et des limites de la technologie seront mis en valeur, autant sur les territoires nordiques et que sous la mer. Dans un tel contexte, le Québec offrira des ressources de plus en plus rares, qui seront l’objet d’une compétition internationale entre certains pays, comme les États-Unis, la Chine et le Japon. Par ailleurs, la croissance technologique réduira le volume de la main-d’œuvrenécessaire pour exploiter les mines. Ce travail pourrait même se faire à distance. L’exploitation de ressources naturelles, présente dans des territoires où l’écosystème est fragile, entraîne des pressions sur la préservation de l’environnement. Ceci représenteraun défi important dans un contexte où le développement durable sera un facteur bien ancré au sein des sociétés industrialisées.

 

Enjeux pour le Nord québécois

 

Contrairement à la situation socioéconomique qui prévalait dans les années 1950, l’acceptabilité sociale et la maximisation des retombées pour les populations du Nord québécois seront un enjeu majeur à l’égard des projets de développement nordique. Parmi les cibles de veille stratégique qui pourraient être placées à l’ordre du jour des ministères et organismes du gouvernement du Québec, signalons, et ce, de façon non exclusive :

 

·     l’attraction et la rétention des gens (ex. : fiscalité);

·     l’accès au logement dans le Nord-du-Québec;

·     la création de lieux de décision du gouvernement du Québec dans la région;

·     la mise en place de créneaux de développement économique prometteurs dans les secteurs agroalimentaire, énergétique, environnemental, forestier, minier et touristique, tout en favorisant la production de biens à valeur ajoutée sur le territoire;

·     la prise en charge des communautés par les gens qui y habitent : se donner les leviers nécessaires pour cette mobilisation, notamment par la création d’un entrepreneuriatlocal;

·     la maximisation des retombées des grands projets miniers pour les communautés;

·     la modulation des programmes gouvernementaux, pour qu’ils soient applicables dans un contexte nordique;

·     l’ouverture du territoire, par la création de nouveaux liens terrestres, maritimes et aériens;

·     la mise en place d’infrastructures, pour permettre aux communautés d’accueillir de nouvelles populations et de nouvelles entreprises.

 

Scénario et décisions stratégiques

 

Par rapport à l’ensemble de ces cibles de veille, les ministères et les organismes devraient, en plus du travail de veille stratégique, disposer de ressources pour établir des scénarios visant à déterminer les principales tendances et les mesures nécessaires pour y faire face. Tels sont quelques-uns des défis qui permettront de mieux répondre aux attentes des partenaires du Plan Nord.

 



1 Dans chacune des régions administratives du Québec, une conférence administrative régionale (CAR) assure la concertation, de même que l'harmonisation des décisions des ministères et des organismes gouvernementaux. Ceci est particulièrement vrai lors de la mise en œuvre des politiques ainsi que des actions à l'égard du développement régional, afin d’assurer une vision intégrée et cohérente.

2 Gilles RHÉAUME et Margaret CARON-VUOTARI, The Future of Mining in Canada’s North, Ottawa: Centre for the North du Conference Board of Canada, 2013, p. i.

3 John Hawksworth et Anmol TIWARI, The World in 2050: The Accelerating Shift of Global Economic Power: Challenges and Opportunities, Londres: PricewaterhouseCoopers, 2011, p. 9.